Critiques,  Lecture

Absences – Lauren Oliver

Aujourd’hui je vais vous parler d’un livre que j’ai lu la semaine dernière. Il s’agit d’Absences de Lauren Olivier. J’ai mis du temps à vous faire un article car j’avais du mal à éclaircir ce que je pensais de ce roman.

Titre: Absences
Auteur: Lauren Oliver
Nombre de pages: 350 pour la version poche
Note: ★★★


Résumé

« Nick et Dara ont à peine deux ans d’écart et se ressemblent comme deux gouttes d’eau. Pour le reste, ces deux sœurs sont très différentes. Nick, l’aînée, est aussi discrète et responsable que Dara, la cadette, est excentrique et délurée. En quelques mois leur vie bascule : le divorce de leurs parents, un amour sur fond d’amitié trahie et surtout un mémorable accident de voiture… Ce jour-là, Nick était au volant. Depuis, elle a presque tout oublié du drame dont sa petite sœur, elle, a gardé de nombreuses séquelles. Ce dont Nick se souvient en revanche, c’est que sa sœur et elle s’étaient insensiblement éloignées avant l’accident. Alors pour renouer les liens, Nick décide de préparer à sa Dara une surprise pour son anniversaire. Mais Dara disparaît, laissant un message énigmatique. Il est temps de comprendre, de combler les trous de mémoire et de faire parler les siennes : Nick décide de mener l’enquête. « 


Mon avis ?

Comme je vous le disais tout à l’heure il m’a fallu du temps pour savoir si j’avais ou non aimé ce livre. La structure du roman est assez perturbante et j’avoue que je m’y suis perdue plusieurs fois et que j’ai parfois dû relire des passages pour mieux comprendre.
Malgré tout l’histoire de ces deux jeunes filles est prenante et on a envie de continuer. On suit un coup Nick un coup Dara, que ce soit dans le récit de leurs journées ou à travers le journal de Dara par exemple.

Les deux sœurs sont des personnages vraiment très différents. On retrouve en Dara le stéréotype de l’adolescente rebelle, qui ne suit aucune règle et ne se prive d’aucune dérive, une adolescente en souffrance en somme. Nicole, alias Nick est au contraire, une adolescente stable, sage. Et pourtant, les liens du sang sont les plus forts car malgré leurs nombreuses différences, elles restent inséparables, même si elles se chamaillent très souvent. J’ai beaucoup été agacée par le comportement de Dara au cours de ma lecture, par son immaturité et même son égoïsme. Nick au contraire me paraissait toujours serviable prête à couvrir sa petite sœur quels que soient ses dérapages et finalement on s’attache plus à Nick qu’à Dara…

En parallèle de l’histoire des deux sœurs, on est plongés dans l’enquête sur la disparition d’une petite fille, Madeline Snow, et on ne voit pas vraiment ce que cela vient faire dans l’histoire… Jusqu’à la fin.. Et quelle fin! Une histoire parallèle qui rajoute du rythme à ce roman.

Une fois le livre terminé, toutes les zones d’ombre qu’il pouvait y avoir au cours de la lecture s’effacent pour laisser place à un fin juste WOUAW ! C’est en effet le premier mot qui m’est venu au moment de la chute de cette histoire. Et maintenant, que je sais la fin, j’ai franchement bien envie de relire ce roman pour voir si l’auteur avait glissé des indices…


Le mot de la fin

Comme le disait Jean Ferrat « Aimer à perdre la raison », est, je trouve une phrase qui correspond exactement à cette histoire, puisque les deux sœurs s’aiment, comme dans la chanson à en perdre la raison…

Avez-vous lu ce livre ? Vous a t’il plu ?

Bonne lecture !

 

Laisser un commentaire

www.000webhost.com